Les « joies » de l’accouchement


Life / mardi, février 23rd, 2021

Après 9 mois, le jour J est enfin arrivé ! La libération de toute femme enceinte : l’accouchement. J’ai bien aimé être enceinte, je n’ai pas eu beaucoup de désagrément, mais le 9ème mois s’avère très long et on a juste envie que ça se termine 🙂

Par contre, il va falloir souffrir !!! Oh ouiiiii. On dit que c’est le plus beau jour de sa vie… surement parce qu’on en chie un max pour enfin être libéré de la grossesse et enfin avoir notre bébé avec nous.

Mon suplice

Personnellement mon accouchement a duré 33 heures. J’ai commencé à avoir des contractions le jour J (celui estimé) mais elles n’étaient pas toujours régulières. J’avais un rendez-vous à l’hôpital pour un monitoring ce jour là. J’ai pu attendre l’heure du rendez-vous, bien qu’une fois arrivée, la sage-femme nous a fait rentrer direct en me voyant.

Je suis restée une bonne partie de l’après-midi sous monitoring mais mon col ne s’ouvrait pas. J’avais mal à chaque contractions mais tout ce qu’on me donnait pour atténuer la douleur n’avait aucun effet. Du coup, en début de soirée avec mon chéri, on a décidé de rentrer chez nous. Quitte à souffrir pour rien, autant que ce soit le plus confortablement possible.

J’ai essayé de dormir avec une bouillotte dans le dos, de prendre un bain chaud… mais j’avais toujours aussi mal. De 4h à 7h du matin, j’ai essayé de trouver un moyen pour faire passer la douleur en sautant sur mon ballon (swissball) mais je n’en pouvais plus, donc on est reparti à l’hôpital et on a retrouvé la même sage-femme ^^ – plus facile pour le suivi.

J’ai passé la matinée sous monitoring, encore… A souffrir à chaque contractions 🙁 – ça fait tellement mal !! Puis mon col s’est un peu ouvert – rien de ouf – mais la nouvelle sage-femme (qui prenait son service) m’a fait passé en salle de travail où j’allais pouvoir recevoir la péridurale 🙂 oh saint graal !!!

En salle de travail

Une fois arrivée en salle de travail, j’ai mis la blouse et j’attendais l’anesthésiste pour la péridurale. N’hésitait même pas à la prendre, ça fait un bien fou ! On ressent toujours les contractions mais sans la douleur. Franchement ça fait pas si mal que ça. Faut respirer un bon coup quand il pique l’aiguille, comme pour un piercing 🙂

Ensuite, on attend que le col continu de s’ouvrir jusqu’au moment fatidique. Cela peut prendre plusieurs heures… Mon conjoint n’en pouvais plus et il mourait de faim lol. Une fois dans la salle de travail, il ne pouvait plus sortir. Je ne sais pas si c’est comme ça dans chaque hôpital et si c’est du au covid. C’est surement pour qu’il ne rate pas l’accouchement… Si je ne mange pas, lui non plus ! AHAH #sadique

La sage-femme m’a fait tester plusieurs positions pour essayer de faciliter l’ouverture du col mais sans grand succès. Et à un moment j’ai senti que la péridurale ne faisait plus effet. J’ai insisté sur ce fait car plusieurs fois on me disait d’appuyer sur le bouton – qui diffuse le médicament – mais j’étais déjà à la dose maximal autorisé donc il y avait un problème quelques part.

J’étais tellement en souffrance, j’avais les larmes aux yeux. Même mon chéri ne se sentait pas bien de me voir comme ça.

La douleur était localisé au niveau du rectum. C’était comme s’il était sur le point d’exploser. Une torture !! Mon chéri a appelé la sage-femme qui a regardé où en était mon col et elle a dit qu’on allait commencé le travail. (Bien que je n’étais pas au max d’ouverture)

Pousser…

Et là, c’est le moment. Je me suis mise en position, jambes sur les équerres et quand je sentais une contraction : grande bouffée d’air, blocage et pouuussssssseeeeee…

Au bout de 30min, je n’en pouvais plus, j’étais fatiguée et le bébé avait son rythme cardiaque qui baissait à chaque pousser, ce qui pouvait s’avérer dangereux pour lui 🙁

Il faut savoir que comme mon col n'était pas super grand ouvert, le bébé n'était pas descendu comme il aurait du. Du coup, c'est moi qui en poussant le faisait descendre pour ensuite le faire sortir... Et donc, au bout de ses 30 minutes, j'étais sur le moment où le bébé essai de passer sa tête.

Les sages-femmes ont donc décidés de faire appel au gynécologue pour faire sortir le bébé avec les forceps. On m’a administré une autre dose de péridurale et là, je ne sentais absolument plus rien, même pas les contractions. Je ne savais plus quand pousser ou non. Mais qu’importe, le gynéco a sorti l’artillerie et hop ! Le bébé est sorti 🙂

Je ne me souviens plus s’ils l’ont mis contre moi tout de suite – j’étais shooté je vous rappelle – mais je sais qu’ils l’ont pris pour faire les vérifications standard, le nettoyer tout ça.. Et qu’après ce moment là, on me la amené 🙂

J’ai fait l’allaitement de bienvenue pour voir la sensation – au risque d’avoir les seins rempli de lait par la suite, ce qui est arrivée et ça fait un mal de chien – et j’ai kiffé. C’était bizarre, ça faisait un petit peu mal j’avoue (je suis douillette) mais ce moment était rempli d’amour. J’avais mon petit bébé tout contre moi, peau à peau, qui me tétait le sein et mon chéri à côté de nous, qui regardait sa fille… Ce petit être qu’on a fait tous les deux, enfin présente dans nos vies <3

L’après…

Après le petit moment d’intimité, les sages-femmes ont repris mon bébé. Son taux de glycémie était très faible 🙁 Elles l’ont mis en couveuse pendant plusieurs heures.

Pendant ce temps, on m’a préparé pour changer d’endroit. Fini la salle de travail, direction la chambre de maternité. Comme j’étais toujours sous l’effet de la péridurale, j’avais du mal à marcher donc on m’a emmené en fauteuil-roulant.

Avec mon chéri, on s’est retrouvé dans la chambre individuel (obligatoire pour moi) et on s’est installé. Enfin moi, parce que lui allait bientôt partir. Il n’y avait pas de couvre-feu à ce moment-là mais un plan vigi-pirate. Je me suis donc retrouvé seule dans la chambre, sans chéri et sans bébé. On me ramène un plateau repas, qui tombait à pic car je crevais la dalle !!

Puis dans la nuit, on m’a ramèné mon petit crapeau ^^ On m’a dit qu’ils allaient contrôler sa glycémie toutes les 3 heures. La nuit fut mouvementé ! Entre nourrir le bébé + le suivi glycémique, je n’ai pas dormi.

Ensuite, ben c’était parti pour l’apprentissage… Lui changer sa couche, lui donner son biberon, essayer de calmer ses pleures, lui donner le bain…
Avoir honte d’avoir du mal à faire tout ceci. Se dire qu’on dérange les autres mamans/bébés des chambres voisines… Qu’est-ce qu’on fait de travers ? Pourquoi suis-je seule ? Est-ce que mon chéri ferait mieux ? Comment se débrouilles les autres mamans ?

3 jours à l’hôpital, seule la plupart du temps car les heures de visites sont limités 🙁 On est souvent dérangé – surtout le matin – donc difficile de se reposer… Perso, j’ai eu des hémorroïdes, donc j’ai eu mal pendant 2/3 jours + la douleur du premier pipi. OMG !! Cette brûluuuuuuuuuuressss !! Je n’avais pas du tout peur d’aller au toilette mais après ça.. J’y allais à reculons.

Oui je ne vous épargne aucun détail. Autant que vous le sachiez. Et si vous avez par malheur une épisiotomie, c'est encore pire :(

Prévoyez une bouteille d’eau ou faites ça sous la douche, ça soulage !! Un conseil qu’une sage-femme m’avait filé donc je vous le dis 😉 – ce n’est pas une connerie.

A la maison…

Le retour à la maison fait grave du bien ! On se retrouve dans un environnement familier, on a légèrement moins de pression. Et si on a de la chance, notre partenaire nous aide.

Bienvenue dans cette nouvelle vie où on ne dort plus, on mange quand on peut – on grignote surtout… On est fatiguée comme jamais, on n’a plus de force ni d’envie. Et même si vous vouliez faire quelque chose, vous êtes tellement crevée que ça restera un fantasme. Oui oui !

Flemme de faire à manger, de ranger, de faire la vaisselle, une lessive… rien! Vous aurez envie de dormir et vous aurez surement bébé sur vous, donc FUCK à tout ça ! J’ai eu du mal à ne pas ranger au début, moi qui suis un peu maniaque mais j’étais tellement crevée…

Je vous rassure, les mois suivants seront moins galère – j’espère pour vous en tout cas. Personnellement, mon petit crapeau (qui est une fille je précise comme ça), pleure beaucoup moins passer les 2 mois.

Bon courage a futur maman !

Une réponse à « Les « joies » de l’accouchement »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *